Pourquoi ne pas dire oui au bonheur maintenant ?

Pourquoi ne pas dire oui au bonheur maintenant ?

« Tes enfants n’ont pas besoin d’une mère parfaite, ils ont besoin d’une mère heureuse ! »

Partant de ce constat, j’ai décidé d’être heureuse, à partir d’ici et maintenant, pour tout le temps et partout ! C’est un beau projet n’est-ce pas ?

Mais, au fait, comment fait-on pour être heureux ?

Pour certains, être heureux c’est gagner de l’argent, être reconnu dans son travail, avoir une jolie famille avec une belle maison et une piscine ; c’est partir en vacances au moins 2 fois dans l’année, recevoir des amis, souvent, tout le temps, faire la fête, et en parler partout sur les réseaux sociaux de sorte que tout le monde soit au courant de ce beau petit bonheur à partager… Pour d’autres c’est au contraire, vivre caché, avoir une vie simple avec des relations sincères, une famille unie, des amis fidèles, des besoins limités. C’est plutôt « être » qu’« avoir ». Ou bien c‘est partir à l’aventure, faire des rencontres inédites, voir des paysages nouveaux, dormir à la belle étoile et manger différemment…

En fait, bien sûr, il existe autant de conceptions du bonheur que de personnes sur la terre. On ne peut pas faire de généralisation et surtout on ne peut pas juger de cela. Chacun est libre de sa manière d’être heureux (à partir du moment où il ne fait de mal à personne, évidemment). Tout dépend de l’endroit où vous vivez, avec quels moyens vous vivez, avec qui vous vivez, quel est le contexte autour de vous, quelle est la richesse et la situation géopolitique de votre pays. Parce qu’on l’oublie parfois, sur la Terre, il y a des pays en guerre, des gens qui n’ont rien ou plus rien. Quand on repense à tout cela, on relativise un peu non ?

Pour moi être heureuse c’est m’occuper des autres, être attentive à leurs besoins, aller même au-devant de leurs besoins…  Enfin, c’était ça… parce que, et je le sais depuis peu, être heureuse maintenant c’est aussi m’occuper de moi, prendre le temps d’une balade, de lire, d’être au calme, de me reposer au soleil… et surtout de me replonger dans le coaching, ce formidable métier qui me permet de faire tout cela à la fois. Je peux maintenant accompagner les autres, tout en me préservant moi ; être le capitaine de ma barque, voguer aux grès des vents et surtout des belles rencontres ; profiter de l’instant présent (et je peux vous dire que ce n’était pas gagné d’avance) !!! Ne plus penser au passé et ne pas me tracasser pour l’avenir… un gros gros challenge pour moi ! Mais j’avance, je progresse et j’aime ça. Comme c’est bon de profiter de la vie ! Et si, en plus, je peux exercer un métier en lien avec ma mission de vie, alors c’est ça le bonheur pour moi !

Il y a 10 ans, après 13 ans d’expérience professionnelle en tant qu’ingénieur dans le milieu agro-alimentaire, j’ai découvert le coaching. Je l’ai fait pour moi, pour mes besoins personnels, pour me sentir mieux au travail et dans ma vie privée. Grâce à cet accompagnement, j’ai découvert que ma sensibilité était une force et non pas une faiblesse, comme avaient pu me le faire croire mes différents managers dans les entreprises où j’avais évolué jusque-là. Ma sensibilité me rend plus accessible au monde qui m’entoure, aux personnes qui vivent avec moi ou qui croisent mon chemin.

J’ai donc décidé d’approfondir cette qualité et de me former au coaching à Paris en 2012. J’ai découvert une belle posture, celle de l’accompagnant, de celui qui accueille, qui écoute, qui ne juge pas, qui permet aux autres de trouver en eux les réponses à leurs questions. Je me suis formée à différentes techniques : la Programmation Neuro Linguistique (PNL), l’Analyse transactionnelle (AT), la sophrologie, l’ennéagramme… et je poursuis le chemin de l’apprentissage, car le développement personnel est une passion. Bientôt l’hypnose fera aussi partie de mes compétences, et j’en suis ravie.

De 2012 à 2014 j’ai exercé en tant que coach de vie et coach pour les TPE/PME. J’avais trouvé un épanouissement professionnel nouveau pour moi. J’ai accompagné de belles personnes, de belles structures. Et puis, pour des raisons personnelles, je suis retournée quelques années dans le monde de l’entreprise.  J’ai pu y utiliser mes compétences de « manager-coach » pour accompagner des équipes. C’était passionnant.

Désormais, c’est avec mon expérience de vie personnelle, avec tous les outils que je connais, toutes les méthodes que j’ai apprises et avec une éthique forte, que je vais à nouveau pouvoir accompagner ceux qui auront envie d’y voir plus clair, d’avancer, de s’épanouir…

Romain Gary a dit « Je sais que la vie vaut la peine d’être vécue, que le bonheur est accessible, qu’il suffit simplement de trouver sa vocation profonde, et de se donner à ce qu’on aime avec un abandon total de soi. » Alors je vais faire ça : m’abandonner à ce que j’aime ! Je vais me faire confiance et faire confiance à ceux qui m’entourent… pour le bonheur de tous finalement.

Je vous propose donc de me contacter, pour faire connaissance, pour me parler de vous, de ce qui vous tient à cœur, de ce qui vous tracasse, des objectifs que vous souhaitez vous fixer. On pourrait en discuter, voir comment avancer, voir surtout et avant tout, si une alliance se crée entre nous. Il n’y a pas de hasard, les rencontres ont toujours quelque chose à nous apporter ; quelque chose de bien, de beau, de bon…

Romain Gary a aussi dit « Il ne faut pas avoir peur du bonheur, c’est seulement un bon moment à passer ». Alors n’ayez pas peur, faites comme moi et décidez de passer un bon moment de bonheur, tout le restant de votre vie. Comme ça, juste pour voir ce que cela fait ! Alors ? Cap ou pas cap ?

No Comments

Post A Comment